Le Krav Maga et son évolution vers le CKM 

Du KM au CKM, tout un monde !

 

 

Histoire

Fondation

Au début du xxe siècle, la ville de Bratislava, appartenant alors à l’Empire austro-hongrois abritait, à l’instar de nombreuses villes d’Europe de l’Est, une importante communauté juive ashkénaze. Samuel Lichtenfeld était détective et instructeur en chef de la police départementale, devenu célèbre pour ses nombreuses affaires élucidées et son enseignement de la self-defense. Son fils, Imi Lichtenfeld, né à Budapest en 1910, s’inspira grandement des activités de son père. Il remporta de nombreuses compétitions en lutteboxe et gymnastique1.

Dans les années 1930, face à la montée du fascisme en Europe, et pendant la Seconde Guerre mondiale2, Imi Lichtenfeld réunit autour de lui un groupe de jeunes athlètes dont la mission était de protéger la communauté juive locale1,3,4. Il prit part à de nombreuses bagarres qui lui firent prendre conscience des différences entre les compétitions sportives et les « combats de rue ». De par son action, il devint vite impopulaire auprès des autorités locales, et commença en 1940 un périple de deux ans qui le mena finalement en Palestine, après un passage dans les troupes britanniques. Il rejoignit alors la Haganah, formation para-militaire juive préfigurant la future armée israélienne. Il fit partie des troupes de choc, le Palmach, où il enseigna le kapap, la lutte et la gymnastique.

Expansion

En 1948, Lichtenfeld rejoint Tsahal en tant que chef-instructeur pour l’éducation physique et le Kapap. Son objectif était de développer une méthode simple, efficace et rapidement assimilable pour répondre aux besoins de l’armée : les techniques sont nées d’un réajustement progressif rendu possible par les retours d’expérience sur le champ de bataille. Après une mission de deux années en Éthiopie, Lichtenfeld quitte le service actif en 1964. Il ouvre par la suite une école à Netanya et crée officiellement le krav-maga (littéralement « combat rapproché » en hébreu)3. C'est à cette époque, en novembre 1964 que Eli Avikzarcommença à s'entraîner avec lui et finit par devenir instructeur principal. Il fut aussi la première ceinture noire de l’histoire du krav-maga, remise par Imi Lichtenfeld le 5 janvier 1971.

Après le développement d’un contenu suivant des principes (exemple : chemin le plus court, défense et contre-attaque simultanées) mais restant cependant désordonné, Lichtenfeld et son équipe structurent avec ordre leurs découvertes pour pouvoir les enseigner (« j’avais pensé à créer un système applicable dans la réalité »5[réf. insuffisante]). 1980 marque le début de l’internationalisation du krav-maga, auparavant circonscrit au seul État d’Israël6. Lichtenfeld autorise ses disciples les plus doués à enseigner cette méthode à travers le monde, entre autres Eyal Yanilov aux États-Unis, ou encore Kobi Lichtenstein en Amérique du Sud. En 1984, la fédération de krav-maga donne le grade de ceinture noire à deux élèves américains, Allen Feldman et Darren Levine. En 1985, Eli Avikzar partit aux États-Unis en tant que représentant de la fédération de krav-maga puis y retourna pour y donner son premier entraînement au département de police de Los Angeles. En 1988, Imi Lichtenfeld délègue Richard Douieb7 afin de représenter le krav-maga en Europe. Le FBI, la DEA, les marines, le GIGN et les SAS popularisèrent cette nouvelle forme de close combat auprès du grand public et de nombreux clubs commencèrent à proposer aux civils une façon différente de pratiquer la self-defense (principalement sous l’impulsion de Darren Levine en Amérique du Nord).

Le décès du fondateur en 1998 marque le début de dissensions au sein des instances dirigeantes (on notera cependant que Yanilov quittera la fédération de krav-maga dès 1996). Peu avant sa disparition, Lichtenfeld affirmait encore que son vœu le plus cher était que « chaque enfant sache se défenps.

 

L’objectif du krav-maga est l’apprentissage de la défense en un minimum de temps de formation10. Le krav-maga n’est pas conçu comme un art mais comme une méthode de combat rapproché. Dans ce souci d’efficacité, le krav-maga est en perpétuelle évolution. Toutefois, il inclut un grand nombre de techniques de combat issues de la boxe pieds-poings, du jiu-jitsu et de la lutte11. Les entraînements diffèrent de ceux des arts martiaux ou des sports de combat dans la mesure où le but n’est ni la compétition ni une pratique culturelle ou physique. À cela s’ajoutent l’absence de règles a priori et les priorités. La méthode devant être intégrée rapidement pour la formation des soldats, elle ne s’appuie pas sur des qualités physiques particulières et n’est donc pas réservée à des troupes d’élites. La simplicité est déterminante. Le krav-maga est basé sur les réflexes et la rapidité d’action10. Des cours sont donnés depuis longtemps[Quand ?], sans danger, aux enfants

 

En son temps, Imi Lichtenfeld fonde sept principes du krav-maga12. Le krav-maga est un principe de prévention et de bon sens pour « éviter de se retrouver dans une situation dangereuse » (par exemple : en faisant de l’auto-stop, éviter les individus peu engageants, éviter de traverser à pied un quartier dangereux en ville, etc.) Le krav-maga est une technique d’auto-défense basée sur « les réflexes naturels » du corps humain13,14. Se défendre et attaquer par la voie la plus courte et depuis la position où l’on se trouve, en privilégiant « le minimum de prise de risque pour soi-même ». En fonction de la situation, et selon le besoin, en fonction du danger que représente l’adversaire, essayer de décourager celui-ci « en instaurant un dialogue ». Utiliser « les points sensibles » du corps humain (yeux, gorge, parties génitales) pour atteindre ou maîtriser l’adversaire15,16. Essayer d’utiliser en priorité « tous les objets à sa portée », puis les armes naturelles du corps en dernier recours. Aucune loi (pas de règles à respecter), aucune limitation sur le plan des techniques, pas d’interdits, « tous les coups sont permis »17,18 ; mais, il est tout de même conseillé de rester dans la « légitime défense »

Priorités

Tout comme le close combat, le krav-maga se caractérise par différentes techniques incapacitantes ou létales2. Ces méthodes sont très faciles à apprendre et très efficaces. Elles visent à mettre hors d’état de nuire un ennemi : le plus vite possible, le plus efficacement possible et par tous les moyens possibles (aucune limite de combat). Les techniques de combat à mains nues employées sont typiquement les plus dangereuses, les plus efficaces, et les plus simples que puisse générer le corps humain comme peut en témoigner la devise de cette pratique : simplicité, rapidité, efficacité. Ces techniques sont choisies et adaptées pour fonctionner dans des conditions de stress maximum, et sur quelqu’un qui ne se laissera pas faire. Dans un combat pour assurer sa survie (donc de type non sportif), le seul but est d’éliminer la menace avant que celle-ci n'élimine l'individu concerné.

Les coups sont donc focalisés sur des cibles anatomiques comme notamment les yeux, la nuque, les genoux, la gorge et les parties génitales15,16. Le combattant cherchera systématiquement à prendre l’initiative de l’assaut, puis à neutraliser la menace (sans systématiquement rechercher le maximum de dégâts). La défense est donc toujours un pis-aller (récupération de l’initiative), visant à rétablir l’action offensive. Le déplacement est toujours en avançant (forward drive)19.

Dans une situation donnée, la réponse doit être immédiate, aussi forte que nécessaire, sans appel, naturelle et choisie pour servir un objectif précis, comme déconcentrer, fuir, immobiliser au sol, neutraliser voire tuer. Il en résulte 3 ensembles de techniques suivant que l’enseignement est destiné à l’armée, la police ou les civils. En effet, les objectifs n’étant pas les mêmes suivant ces catégories, attaquer, neutraliser, ou se défendre20.

 

Le Commando Krav Maga, Evolution !

"Simplicity is genius"
La science du Commando Krav Maga
"La simplicité est géniale" : concept sous-jacent du COMMANDO KRAV MAGA.
Seul système existant où une même technique peut être utilisée dans diverses
situations. En cas d'agression, le stress et l'adrénaline s'emparent de vous ! A ce
moment précis, seule la simplicité des techniques apprises fera la différence. La
dernière chose à faire est d'avoir à se demander : "Que dois-je faire si on me menace
avec un pistolet de côté ?", "Et si on le fait de face ?", "Y-a-t-il une différence s'il est
à la hauteur de l'estomac ou de la tête ?". Nous n'avons que peu de temps pour
réagir.
C'est l'une des ingéniosités du Commando Krav Maga : une même technique pourra
fonctionner, que l'attaque vienne de face, de côté ou encore de dos !

Système évolutif
L'évolution est nécessaire pour survivre
La société change constamment et a incroyablement évolué ces cinquantes dernières
années. Du télégraphe jusqu'aux Gsm, en passant par la technologie informatique et
les communications, notre environnement a considérablement changé et avec lui, les
comportements sociaux.
Aujourd'hui, la violence fait partie du quotidien. Les agressions à mains armées sont
de plus en plus fréquentes. Pour cette raison, la demande en matière de self-défense
basée sur la réalité a considérablement augmenté ces dix dernières années.
Le COMMANDO KRAV MAGA a donc perfectionné ses techniques et continue de
le faire en adoptant un point de vue pragmatique des situations rencontrées.

Techniques universelles
Toutes les techniques spécifiques, aussi simples qu'elles paraissent, impliquent
l'étude de la physiologie humaine et de la biomécanique du corps humain. Le temps
de réaction, la tension des articulations et les relations force-vitesse sont quelquesuns
des paramètres étudiés. La psychologie humaine joue également un rôle
primordial dans la résolution du conflit. Certaines des variables psychologiques
impliquent la connaissance de la gestion d'une attaque pour savoir ce qui se passe
dans l'esprit de l'agresseur et comprendre son langage corporel.


Le COMMANDO KRAV MAGA est le système le plus réel qui existe. Il n'existe ni
katas, ni uniformes traditionnels. Toutes les techniques utilisées dans le Commando
Krav Maga sont réalistes et leur efficacité a été démontrée.


L'entraînement se base sur des simulations telles que :

  1. Entraînement dans l'obscurité
  2. Entraînement dans des conditions d'humidité
  3. Entraînement à l'air libre
  4. Entraînement sur fond sonore anxyogène (bruits de ville, sirène, etc.)
  5. Entraînement avec pistolets à peinture et airsoft
  6. Attaques surprises par un ou plusieurs agresseurs
  7. Entraînement avec un rythme cardiaque élevé pour simuler le facteur adrénaline

En plus de tous les bienfaits physiques que vous pourrez tirer en pratiquant ce sport de défense,
leCOMMANDO KRAV MAGA vous préparera psychologiquement à faire face à tous les futurs défis de la vie courante. ces techniques vous donneront les outils mentaux et émotifs nécéssaires (en plus des techniques physiques incontournables), qui vous aideront à passer aux travers des difficultés de la vie.
Le COMMANDO KRAV MAGA contrairement à beaucoup d'autres systèmes de self défense, se centre plus sur l'idée de plusieurs scénarios que sur la mémorisation de centaines de techniques compliquées. On apprend aux élèves à analyser des situations spécifiques pour envisager la meilleure des réponses. Par exemple, dans le cas d'un affrontement dans un bar, on apprendra que la meilleure ligne de défense est la fuite. Il n'y a rien à démontrer. Ça ne vaut pas la peine d'être blessé ni, dans le cas où nous blesserions l'autre personne, d'être dénoncé. On utilise des techniques verbales du type : "Je ne veux pas me battre". Nous n'adoptons pas une posture de
combat mais en même temps nous sommes prêts à nous défendre s'il le faut.
La psychologie est aussi importante que la technique.

Comment nous joindre



Téléphone : 06.01.91.57.83.

33 06.01.91.57.83. 33 06.01.91.57.83.

Actualités

Retrouvez dès à présent sur notre site Web toute l'actualité de notre entreprise.

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Jacques Ghesquier